Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par UMP Eaubonne

imagesCACMTURT

« Les Français attendaient une réponse concrète à trois sujets qui sont aujourd'hui leurs angoisses majeures : le chômage, le pouvoir d'achat et l'insécurité. Sur ces trois sujets, non seulement il n'y a pas eu de réponses, mais en réalité il y a toutes les raisons de craindre que la situation ne s'aggrave encore ».
D'un ton particulièrement grave, Jean-François Copé, président de l'UMP, s'est montré particulièrement déçu, vendredi, à l'occasion d'un point presse organisé au siège de l'UMP, des réponses apportées par François Hollande interrogées, la veille sur France 2, sur les mesures qu'il comptait prendre pour rendre compétitif notre pays alors que nous sommes confrontés à une grave crise.

 

1000 chômeurs de plus par jour depuis 10 mois, baisse pour la première fois depuis 1984 du pouvoir d'achat, PIB en baisse, délinquance en hausse dans toute la France …, les clignotants sont tous au rouge. Pour seules réponses, François Hollande matraque fiscalement les Français, embauche des fonctionnaires, augmente les dépenses publiques. Bien loin des attentes concrètes des Français qui attendent toujours que le président Hollande fixe si ce n'est un cap, du moins une ébauche de perspective.


« Mais comment en est-on arrivé là ? », s'interroge Jean-François Copé. « Parce que François Hollande a menti aux Français durant sa campagne électorale pour se faire élire. Et les Français, de bonne foi », analyse le président de l'UMP, « ont voté pour un homme dont ils pensaient que la politique qu'il allait mettre en œuvre serait efficace alors que nous avions très tôt alerté sur le caractère inefficace, inopérant et artificiel des mesures qu'il préconisait ».
Mais l'élection est passée, François Hollande –qui a toujours nié la crise pendant la campagne présidentielle- a été élu et notre pays est désormais en quasi-récession.


Face à cette situation et « devant la dégradation extrême de la confiance des Français » envers le président de la République et de sa majorité, l'UMP a pour « exigence de montrer aux Français qu'il y a un autre chemin non seulement possible mais indispensable à prendre avec une politique radicalement différente de celle proposée par François Hollande ».


Ce chemin passe, aux yeux de Jean-François Copé, par des déblocages majeurs. Celui du coût du travail avec une baisse minimale de 10% des charges sociales ; celui de la simplification du Code du travail qui garantirait les grands principes (protection des salariés tout en permettant aux entrepreneurs de créer, produire, investir et embaucher en France), la durée du travail étant pour confiée à la négociation au sein des entreprises et des branches ; celui du contrat de travail, Jean-François Copé plaidant pour un contrat unique à durée indéterminée avec des droits progressifs qui protègent les personnes plutôt que les postes ; et enfin celui d'une justice prud'homale qui doit être totalement refondée sur un objectif : tout contentieux doit être réglé en moins de 4 mois.


« Il faut également mettre le paquet sur la formation, revoir les filières d'orientation, reposer clairement la question de l'apprentissage, mot que François Hollande n'a même pas prononcé, c'est vous dire combien il est loin des réalités », pointe le président de l'UMP.


Quant au pouvoir d'achat qui est aujourd'hui une obsession de millions de Français s'interrogeant sur la façon de l'améliorer ou de le préserver au minimum, Jean-François Copé s'est indigné du « regard choquant » que porte François Hollande. « Dire que le pouvoir d'achat des Français allait s'améliorer par le seul fait qu'il avait encadré les loyers et qu'il y aurait une petite baisse du prix du gaz montre combien François Hollande est déconnecté de la réalité que vivent les Français », réprouve Jean-François Copé.


« La seule manière d'améliorer le pouvoir d'achat c'est de faire en sorte que l'on puisse travailler plus et travailler mieux. Il n'y a pas de miracle. Il faut faire de cette question une priorité absolue », souligne Jean-François Copé assurant que l'UMP, par son travail, ses propositions construit un chemin totalement différent, en rupture complète avec la politique de François Hollande et de sa majorité.

Commenter cet article